fbpx

DALÍ-MAGRITTE. Deux icônes du surréalisme en dialogue > Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique > Du 10 octobre 2019 au 9 février 2020

À travers plus de 100 œuvres (peintures, sculptures, photographies, dessins, films et pièces d’archives), l’exposition explore les proximités philosophiques et esthétiques des deux artistes ainsi que leurs liens personnels, 90 ans après leur rencontre.

À priori rien ne destinait Salvador Dalí (1904-1989) et René Magritte (1898-1967) à s’influencer. Pourtant, un vrai dialogue se noue entre ces deux titans du Surréalisme. Après s’être rencontré à Paris en 1929, le Belge et le Catalan passent l’été de la même année ensemble à Cadaqués, l’occasion de partager leurs pensées et leurs pratiques.

L’exposition Bruxelloise est organisée autour d’un parcours thématique : « Œil/Avant-garde », « Rêve/Hallucination », « Georgette/Gala »,… Ce « dialogue de tableau à tableau témoigne d’une fabuleuse proximité dans la différence », souligne Michel Draguet, commissaire de l’exposition. Le jeu d’influence va jusqu’à l’emprunt de motifs visuels. Dalí, par exemple, emprunte à Magritte l’idée de peindre des objets improbables prenant feu ou encore un buste de femme nue qui est présent dans L’Attentat (1932) de Magritte et que l’on retrouve dans la Tentation de saint Antoine (1946) de son compère. Magritte reprend quant à lui à Dalí et à son « couple aux têtes pleines de nuages » (1937) l’idée de faire coïncider le contour des figures avec le cadre du tableau.

« La relation qui unit Magritte à Dali et Dali à Magritte est sans doute l’une des plus fécondes de ce mouvement artistique » ajoute Michel Draguet.

> Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique



SOUSCRIVEZ À NOTRE NEWSLETTER

*Les champs obligatoires sont indiqués par un astérisque.
Vos données personnelles ne seront pas communiquées à des tiers, ni diffusées, ni transférées.